Partagez | 
 

 "Un homme se bat avec ses poings" - Noburo Kenpachi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Noburo Kenpachi

avatar

Masculin
Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 24/11/2012

MessageSujet: "Un homme se bat avec ses poings" - Noburo Kenpachi   Mer 6 Jan - 14:09

© Arrogant Mischief sur Never Utopia
Kenpachi "Ken" Noburo

« Petite citation »


۞ NOM : Noburo
۞ PRÉNOM(S) : Kenpachi
۞ SURNOM : Ken
۞ AGE : Texte ici
۞ SEXE : Masculin
۞ NATIONALITÉ : Japonais
۞ ORIENTATION : Hétéro
۞ GROUPE : Utopia
۞ AVATAR : Gouken (Street-Fighter)
۞ DOUBLE COMPTE ? NON
۞ NIVEAU RP : Un peu prit par les études, je compte rp quand j'ai le temps, et quand l’envie me prend. Ca fait un bail que j'avais mis ce passe temps de côté (manque de motivation) alors je me relance doucement, vous attendez donc pas à un gros pavé à chaque post.


PSYCHOLOGICAL CONFESSIONS
-Feignant
Si, en vous promenant, vous vous arrêtez devant le premier kiosque venu et que vous jetez un œil au dernier numéro de "Challenge", "Management" ou à un magazine de body-buildind au hasard, alors Ilya de grands chances pour que vous tombiez sur un article dédié à M. Noburo.
Surdoué des affaires, philosophe, 1m90 pour pas moins de 100 kilos de muscles, élus deux fois homme de l'année, une fois homme le plus sexy du Japon (dans sa jeunesse), quart de finaliste au concours de l'homme le plus fort du monde et héritier du groupe Noburo (première fabrique de produit laitiers du Japon) Kenpachi ( de son prénom) savais dès sa naissance qu'il ne serait pas là pour plaisanter !

Mais ne vous laissez pas berner par son cet ancien train de vie extravagant. Oui, ancien, car depuis ses 30 ans le 4ème homme le plus riche du Japon c'est retiré dans un monastère abandonné, dans le but, dit-il "d'apprendre le vrai sens des mots "honneurs, forces et sérénités", trois mots qui sont désormais les maître de sa maison.
Entourés de ses disciples, à qui il enseigne ce qu'il nomme "la voix de l'homme fort", il passe des journées entière à méditer et affuter sa maîtrise des arts martiaux.
Car Kenpachi, c'est aussi ça : un homme qui c'est depuis l'enfance donné à la pratique des arts martiaux, du karaté au kung-fu, en passant par le catch et le krav-maga, allant jusqu'à créer sa propre technique de combat: le Nobudo !

"Un homme se doit de combattre à main nue" repète-t'il sans cesse à ses disciples.
Il est comme ça Kenpachi : un colosse au corps bronzé qui paraitrait presque taillé dans la pierre, orné de multiples cicatrices.  


STORYLINE OF THE CHARACTER
10 heures du soir, un port désaffecté.

Attente interminable, on se les gèle. « Patience » me dit-je. Gaby à la place du mort fait cliquer son cran d'arrêt comme l’aiguille des secondes d'une horloge mal réglée. Le gars est digne de confiance.

« Ils la foutent longue » qu'il dit.
Les gars sont eut-être déjà arrivé qu'on en saurait rien, ces gars sont de vrais ninja. Je vérifie - histoire de- si le sac à livrer est bien derrière la banquette : il y est. Tout est bon.
Un petit son de moteur aiguë se fait entendre. La seconde suivante ce sont 5 gars qui s'alignent devant la caisse.
Sweat-capuche, jogging, tous équipés d'un masque à gaz sur le visage,
Ils se font appeler les Pizen-Blues, crew de stormrider baignants dans l'illégalité.

Il y a 10 une dizaine d'année j'avais les mêmes patins aux pieds.

-On est bon.

Je sort. On échange de brèves politesses, puis on en vient aux affaires. J'ouvre le sac : 5 kilos de coke.
Lui ouvre le sien : 6 millions de yens, soit 50 000 dollars environs.
Je compte : il en manque 100.
« C'est quoi ces conneries ? » « recompte ! » Je recompte « T’essaierais pas de m'enfiler des fois ? »  « Le compte est bon mec, je te le jure ! ». Le stress est dans sa voix. Il pourrait me tuer en un clin d'oeil avec ses trecks aux pieds. Seulement voilà, je suis le seul lien entre lui et le fournisseur.
Je sais aussi comment il s'appelle, qui il est, ou il habite. En un coup de fil je peux le faire coffrer, et il le sait.
N'empêche, ce soir là, c'est moi qui ait mal compté.

-Mes excuses.

Il y a 5 ans j’étais encore un flic intègre.

On procède à l'échange, tout se passe bien, comme toujours. Gaby à son flingue à portée de main, au cas où. J'embarque le sac, il embarque le mien.
Tout se passe bien.
Je lorgne sur sa paire de patins.

Petit moment de nostalgie.

Il y a 10 ans j'avais encore ses trucs aux pieds. Sans me vanter, je me défendais bien, j'avais même monté un crew avec quelques copain. On faisait des bêtises, on courait contre les gars d'en face. Pourquoi avoir arrêté ? Parce-que je faisait de la peine à ma grand-mère.

J'ai passé les 5 premières années de ma vie dans les bras d'une vieille pute toxico (qui fut aussi ma mère, entre autres). Les 4 suivantes dans un orphelinat catholique. Un trous miteux, mais on y était bien. Puis un jour on me découvrit de la famille, une grand-mère du côté de ma mère, tatoueuse de métier.
Elle m'a élevée avec une chaleur et une humanité propre à caques mamies gâteaux, et me voir rentrer tout les soirs couverts de bleus après chaque rendez-vous contre d'autres gangs lui faisait de la peine.
Un soir elle c'était mise à me frapper avec sa poêle à frire « comment je vais faire si t'es plus là ?! » qu'elle me criait. Elle c'était mise à pleurer.
Le lendemain s’annonçait aux copains ma démissions dans le crew et mit ma paire Warpigs au placard.
J'ai reprit les étude. Eux ont continués les petits trafics qu'on avait commencé (pièces détachés, contrefaçon etc.).
Ils ont finit par se faire pincer, 7 ans de cabanes pour tous.

Et pas un seul ne 'a balancé !!

De mon côté j’étais devenu flic, histoire de faire quelque chose de ma vie qui me garantissait un bon salaire à la fin du moi.
J'avais un salaire, je m'était retiré dans un petit studio, non loin de la maison de Mémé. Elle était contente, Mémé : son petit-fils chéri était devenu responsable.
Puis c'est parti en couille.

Vous savez comment c'est, on intercepte deux trois colis, on apprend que bidule se fournit en dope avec machin, que ça pourrait détruire sa vie si ça venait à se savoir.
Avec une plaque on a un pouvoir sur les gens, c'est fou non ?

Au départ c'était soft : « café gratuit ou je fait venir les services d'hygiène » « oui monsieur » « un feu rouge, sort le gyrophare ».
Puis on racket les racketteur et les dealers à la sortie du lycée.
Puis on finit par s'occuper des gros fournisseurs avant que les stupp ne leur tombe dessus. 40/50 pour moi, c'est raisonnable.

Au final on c'est fait tellement de fric qu'on savait pratiquement plus quoi en faire.
Une partie est allée à ceux de mon ancien gang qui avaient prit 7 ans sans broncher.
Le reste c'était de l'argent de poche en illimité).

« Uryu veux nous niquer, je suis au courant ! » Ca c'est moi au téléphone, trois jours avnt la transaction. Le bureau de mon appart est couvert de paperasses tachée de graisses et de de café. Une dizaine de clopes sont écrasées dans le cendar, de l'autre côté de mon clavier. À l'autre bout de la ligne c'est Gabriel, le collègue louche, qui continue à se faire du mourront pour rien.
Uryu est le flic le plus intègre du japon, et il est sur notre dos.
« Je gère ! »  lui dit-je. « T'en fait pas » lui dit-je. « Ils ont rien, ils peuvent rien contre nous » lui dit-je.

Des lumières nous éblouissent.

Polices ! Vous êtes cernés !

Derrière moi, Gabriel à dégainé son flingue et le pointe vers ma tête. Il tremble le fils de pute.

-Désolé mec, c'est toi ou moi !

-Tu crains mon frère !

Le crew l'a mauvaise. Ils nous lachent deux trois insultent et tentent de se faire la malle. L'un d'eux se fait toucher à la jambe, un autre est abattu. Les trois autres se font courser par les gars du WALL.

Moi on me fout à genoux, me passe les menottes avec le gun de Gaby braqué sur ma tempe.
Résultats des courses : Uryu m'a bel et bien baisé.

Une heure après en interrogatoire.

« Le problème avec Gabriel, c'est qu'il est gentil, mais instable : on peut vraiment lui faire confiance tu vois »
« Tu me demande de faire la balance à sa place ? »

« Oui ! Putain oui, c'est ce que je veux que tu fasse !! »

Bon
Ok
De toute façon c'est ça ou la taule, alors bon.





۞ PRÉNOM OU PSEUDO : Texte ici
۞ AGE DU JOUEUR : Au delà de la majorité
۞ COMMENT AVEZ-VOUS CONNU LE FORUM ? C'est un longue histoire, chiant de surcroît.
۞ COMMENT TROUVEZ-VOUS LE FORUM ? Très sympas
۞ PRÉSENCE SUR LE FORUM : Je saurais pas vous dire...


Dernière édition par Noburo Kenpachi le Mer 10 Fév - 21:34, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mily C. Otana

avatar

Féminin
Nombre de messages : 2435
Age : 24
Localisation : Dans les nuages pour ainsi dire...
Age du Perso : 21 ans
Faction : Omega - Shinjuku Overlords
Date d'inscription : 02/11/2007

MessageSujet: Re: "Un homme se bat avec ses poings" - Noburo Kenpachi   Mer 10 Fév - 1:59

Coucou !

Elle est finie la fiche ?
Parce que si on me prévient pas, je peux pas savoir moi ;w;

_________________

Plus ancienne tu meurs...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noburo Kenpachi

avatar

Masculin
Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 24/11/2012

MessageSujet: Re: "Un homme se bat avec ses poings" - Noburo Kenpachi   Mer 10 Fév - 21:35

Elle est loin d'être terminée, désolé mais j'ai un peu de mal avec mon IRL actuel, j'essaie de m'en occuper comme je peux mais c'est difficile ^^'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "Un homme se bat avec ses poings" - Noburo Kenpachi   

Revenir en haut Aller en bas
 
"Un homme se bat avec ses poings" - Noburo Kenpachi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lockdown vraiment ridicule
» achat d'homme de main avec lingot d'or
» ? Near You #3 : le journal
» Un souvenir magnifique..? Ou peut-être pas ? [Ft Im Jae Hwa]
» Prison de Rickers Hghland [PV Mandy]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Air Gear -:- Forum RPG :: W E L C O M E H O M E :: BIOGRAPHY-
Sauter vers: